Financer son projet : tout est question d'organisation !

Mis à jour : 17 sept. 2020

Négocier l’achat d’un bien immobilier est une chose très importante, l’art du financement de ce dernier en est une autre… Il est en effet primordial de signer un emprunt adapté à vos besoins et en adéquation avec ce qui se pratique sur le marché. Du temps à passer sur le volet financement, trop souvent négligé, qui peut permettre de réaliser de très belles économies.



Un banquier verra toujours d’un très bon œil un client qui arrive avec une solution personnelle de financement déjà conséquente. Plus l’apport personnel est important et plus les conditions de l’emprunt seront intéressantes.

Pour avoir un taux réellement attractif , et un vrai pouvoir de négociation, il faut a minima pouvoir poser sur la table 10% du prix d’achat du bien immobilier, frais de notaire inclus.


Faites jouer la concurrence


La banque évaluera votre profil et les personnes ayant des situations stables (fonctionnaires, CDI) se verront ouvrir d’office les portes de la négociation, mais tout le monde doit les pousser...


Comme pour tout achat, il faut faire jouer la concurrence chez les banques et ne pas se cantonner à sa banque habituelle. Certains établissements proposent des solutions de crédit très attractives.


Pour avoir un taux le plus bas possible, il faut savoir convaincre son banquier. Négociez les taux une fois que vous avez plusieurs devis en poche. Pensez également à solliciter la suppression de certains frais comme une ristourne sur la police d’assurance ou bien encore la suppression des frais de dossier.


Le recours à un courtier immobilier, un professionnel qui se charge de ce dossier lourd à gérer, contre rémunération, est possible. Il connaît toutes les ficelles et saura trouver la meilleure solution pour vous.


Les mensualités : attention à l’endettement


Une règle d’or en la matière est de ne pas s’endetter à plus de 33% par rapport au revenu du ménage. Ce ratio est déjà élevé car un endettement ne doit pas empêcher de vivre et surtout de faire face aux coups durs de la vie.


Bon à savoir également : le coût d’un prêt augmente avec sa durée.


Les emprunts réglementés : à ne pas négliger


Prêt PEL, prêt à taux zéro +, prêt Action logement, prêt conventionné d’action sociale… Ces emprunts réglementés sont une alternatives aux prêts bancaires. Il faut se renseigner sur votre éligibilité à ces dispositifs qui minorent et parfois suppriment les taux d’intérêt.